Do you speak english?

union-jack-1328428_1920

L’anglais et moi on a des rapports disons… mi haine mi amour. Comme tout le monde (sauf les chanceux qui ont des parents qui leur ont permis d’être bilingues) notre relation a commencé à l’école (au primaire si mes souvenirs sont bons), et là bah…c’était pas la folaïe !! Les langues étrangères et moi on a vite compris que ça allait être compliqué ! Non mais c’est chiant aussi la manière dont on les apprend à l’école et puis moi j’étais timide alors parler anglais devant toute la classe c’était juste l’angoisse totale ! La meuf qui se cachait toujours quand quelqu’un était interrogé c’était moi ! Sur mes bulletins était inlassablement écrit « Trop discrète à l’oral ». L’écrit ça allait je me débrouillais à peu près mais l’oral au secours ! C’était donc pas gagné cette histoire !

Puis les années ont passées, on a d’abord commencé à se réconcilier avec les séries. Comme j’étais complètement addict (je pouvais en regarder dix en même temps mais sérieux comment je faisais ! Maintenant je galère pour en trouver plus de deux), je ne pouvais pas attendre la diffusion française donc je me les faisais en streaming (bouh pas bien !) et en anglais (plus tard je me suis rendue compte que je ne pouvais pas supporter les voix françaises mais à la base vraiment c’était juste de l’impatience pure). Bon certes  je regardais des séries en VO mais sous-titrées en français quand même faut pas déconner (c’est toujours le cas d’ailleurs, c’est bon je suis là pour me détendre le cerveau n’abusons pas !). L’anglais est donc devenu associé à un truc plutôt sympa et puis petit à petit je me suis rendue compte que je comprenais de plus en plus sans lire constamment ! Et là grosse fierté ! Alors quand je partais à l’étranger ça m’arrangeait quand même de ne pas être celle qui devait parler, si quelqu’un aimait ça je lui laissais ma place sans hésiter !

L’étape numéro 2 ça a été les soirées bourrées, quel est le rapport vous allez me dire (je me serais posée la même question à votre place), alors je vais vous expliquer le rapport : quand j’ai bu j’ai une forte tendance à parler anglais ! Me demandez pas pourquoi (d’ailleurs ne demandez jamais à une personne bourrée « pourquoi ? » en général ça n’a pas beaucoup de sens), c’est comme ça, je me souviens de soirées où ma pote Mathilde et moi on partait dans des discussions interminables en anglais c’était juste génial ! Alors en plus l’avantage c’est que quand tu as bu tu perds un peu conscience du ridicule, tu es beaucoup moins timide et surtout tu te crois bilingue !!! Non mais ça c’est juste géniale, j’ai l’impression de n’avoir jamais aussi bien parlé anglais que dans ces soirées là. Ce que je me demande maintenant avec le recul c’est est ce que je parlais vraiment mieux parce que j’avais moins peur de me lancer ou est ce que c’était pareil voir pire mais juste j’étais trop bourrée et joyeuse pour m’en rendre compte. A mon avis la vérité doit se situer quelque part entre les deux. En tout cas je pense que ces soirées de lâchage m’ont bien aidées !

Après tout ça je suis donc arrivée à l’étape numéro 3 : l’anglais au boulot ! Alors là ça a été autre chose… Au départ quand j’ai commencé à bosser je n’avais pas besoin de l’anglais youhou trop bien ! Puis il a été question de travailler avec d’autres pays européens, BINGO je suis tombée sur le Luxembourg (bon l’histoire m’a appris après que j’étais tombée sur le projet le plus difficile à gérer même si en français mais c’est une autre histoire !). Je me croyais à l’abri jusqu’à ce qu’arrive un nouveau projet … l’Inde !! Et alors là pas moyen d’y échapper, ils allaient devenir des interlocuteurs réguliers, il fallait s’y habituer ! Au début complicado cette histoire parce qu’entre leur accent et le mien c’était pas gagné ! Mais petit à petit c’est devenu beaucoup plus naturel ! Alors mon problème avec l’anglais c’est que c’est quand même hyper fluctuant cette histoire, il y a des jours tu sais pas pourquoi mais tous les mots te viennent naturellement, c’est fluide, tu es même surprise quand tu sors des mots un peu élaborés de nul part ! L’accent nickel ça vient tout seul ! Et il y a des jours, alors je ne sais pas si c’est la fatigue l’humeur, le dieu de l’anglais, j’en sais rien mais c’est la galère, les mots ne viennent pas, tu bégaies, tu galères pour te faire comprendre, tu as juste envie d’en finir et de repasser au français !

Depuis j’ai changé de boulot mais mes interlocuteurs privilégiés sont toujours des indiens, je suis loin d’être débarrassée de l’anglais c’est même pire qu’avant ! Mais figurez vous que je commence à aimer ça, c’est comme si j’entrais dans la peau d’un personnage et le top c’est qu’évidemment à force je suis de plus en plus à l’aise. En fait le gros problème entre l’anglais et moi je crois c’était la confiance en moi.

I am becoming fluent isn’t it fabulous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s