Famille imaginaire

family-1721674_1280

Certains quand ils sont enfants ont des amis imaginaires. Moi ce n’était pas un ami imaginaire mais carrément une famille imaginaire (si vous avez bien suivi j’avais dit que je vous en parlerai un jour). Alors pas une famille genre je m’inventais de nouveaux parents et de nouveaux frères et sœurs mais plutôt un mari et des enfants. J’imagine que c’est étrange pour une enfant mais moi je l’aimais trop ma famille imaginaire ! Je suis incapable de me souvenir quel âge j’avais lorsqu’ils sont apparus dans ma vie mais je me souviens d’eux m’accompagnant dans la maison de vacances de mes grands parents par exemple.

Ce qui est plutôt marrant c’est que si maintenant je devais décrire mon mec « idéal » je pense qu’il ressemblerait beaucoup à mon mari imaginaire, pas dans le physique parce que je pense que ça n’a jamais été très précis et que je l’ai fait évolué dans ma mémoire avec le temps (là quand je le visualise dans ma tête il est quand même méga canon dans son costume ! Oui je sais pas pourquoi quand je me souviens de lui, je l’imagine toujours dans un costume) mais plutôt dans sa manière d’être, son caractère et surtout notre façon d’être ensemble (là vous commencez à avoir peur pour ma santé mental, mais je vous rassure tout va bien .. ou pas … enfin en tout cas dans la vie de tous les jours personne ne s’est jamais inquiété de rien ). On se marrait bien avec mon mari imaginaire, on s’engueulait bien sur parfois mais ça ne durait jamais très longtemps. En fait, je sais même pas si on s’engueulait réellement, des fois j’exagérais donc il poussait le trait et me charriait pour me faire comprendre le côté absurde de ma réaction mais tout en restant tendre et bienveillant, jamais dans la méchanceté. Bien sur je me gênais pas pour faire pareil (faut pas déconner il était pas parfait il abusait lui aussi des fois !) et me foutre aussi de lui. C’était à la fois passionnel mais pas dans le côté malsain de la passion, plus dans le côté jeu et séduction (en fait peut être qu’il est apparu quand mes hormones ont commencé à me titiller donc plutôt début adolescence parce que c’est bizarre sinon comme type de réflexion pour une enfant maintenant que j’y réfléchis). Enfin même dans le quotidien on ne s’ennuyait jamais, c’était génial comme sensation !

Mes amies le savent, je n’aime pas les débuts de relation, j’aime pas ce moment où on n’arrive pas vraiment à être soi-même parce qu’on ne sait pas ce que va en penser l’autre, cette gêne qu’on a à dire ou faire certaines choses. Après je le conçois les papillons dans le ventre du début ça c’est plutôt sympa. Moi  j’aime la complicité qu’on a quand on connait l’autre, quand en un regard on se comprend et qu’on peut se faire passer des messages au dépend des autres. Mais qui dit quotidien ne signifie par pour moi l’ennui et l’arrêt de la séduction, justement quand on se connait c’est plus facile pour moi de se faire rire, de se faire plaisir, de se surprendre et c’est cette complicité qu’on avait avec mon mari imaginaire.

J’avais deux enfants avec mon mari imaginaire : une fille et un garçon (oui quitte à ce que ce soit imaginaire autant avoir le choix du roi), je crois que j’ai jamais déterminé lequel était le plus vieux (ou alors je me souviens pas ce qui est fort possible vu ma mémoire de poisson rouge) ni encore moins leur écart d’âge. Ils étaient hyper vivants mes enfants imaginaires, on se marrait bien avec eux aussi et même chose qu’avec mon mari imaginaire je crois qu’on avait opté pour la pédagogie par l’absurde et le rire. Bienveillants parce que bon il faut bien qu’ils construisent leur confiance en eux (oui bon je sais pas si mes réflexions allaient jusqu’à ce point à l’époque, quoique…)  mais sans être trop protecteur, on leur parlait pas comme à des attardés quoi.

Qu’est ce que je l’aimais ma famille imaginaire ! Mais je crois qu’elle ne m’a jamais quitté vraiment, je me souviens bien d’eux et au fond c’est un peu eux que j’essaie d’atteindre avec mes baby steps je crois.

NB : En relisant cet article je me suis vraiment trouvée folle mais n’appelez pas l’hôpital psychiatrique tout de suite !

 

Se souvenir d’un de ses rêves d’enfant

 

Publicités

3 réflexions sur “Famille imaginaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s